A N T I T H E R A P I E
         s e   d é c o u v r i r  l i b r e
 

Aux Editions Les Deux Océans

http://www.dervy-medicis.fr

DE L'IMPRESSION D'ÊTRE À LA CONSCIENCE


Couverture 'De l'impression d'être à la conscience'

Découvrez l'article sur l'ouvrage de Christian Jourdain, "Avant gardes et Philosophies de l'Eveil", publié dans La lettre du crocodile, 16/12/2019

Dans l'écho subtil laissé par la parole de Stephen Jourdain, Christian Jourdain nous livre ces dialogues imaginés, comme entre deux amis, longues et lentes déambulations dans le jeu de miroir entre l'impression d'être et la conscience, entre dualité et on-dualité, éclairées de fulgurances.
Lire plus ...


Aux Editions ACCARIAS L'ORIGINEL

http://www.originel-accarias.com

ESSENCE DE LA QUIÉTUDE

Le goût de la liberté


Couverture 'Essence de la quiétude'

Revue de presse


Revue "Sources", n°7, avril 2008
 

« L'auteur parle ici de la sensation d'exister, de la conscience, du miracle de l'esprit. Il induit, par la pertinence de ses paroles, issue d'une recherche intérieure vécue, une expérience vivante. Ses textes, courts et denses, d'une belle clarté, donnent aux lecteurs matière à réfléchir, plus poétiquement qu'intellectuellement, à une approche de la vie à la fois légère et profonde. Ils sont une invitation à ne plus se prendre pour ce que nous ne sommes pas et à découvrir “cette singulière saveur de la liberté.” »


Revue "Bouddhisme Actualités", n°99, février 2008
 

« Un livre intelligent et subtil.»


Revue "3e millénaire", n°87, Printemps 2008
 

« Réunion de maximes, de pensées sur la conscience, le sentiment d'exister et d'Etre, cet ouvrage se déroule comme un chapelet, appelant à retrouver ce goût du moi, de la première personne qui &lquot;ne doit surtout pas être confondue avec le moi, troisième personne toujours à distance de soi-même&rquot;. Car, en effet, l'auteur pointe la division intérieure, le conditionnement de la pensée mécanique, l'identification avec la troisième personne confondue avec la première. La conséquence en est énorme et affreuse : assimilé à l'image que l'on en a, le monde perd ses couleurs, se ternit, et se transforme en un enfer dont la pensée sous sa forme la plus morte et mortifère tire les ficelles. &lquot;Vos pensées sont vos geôlières... vous marchez harnaché à une pensée unique qui séquestre l'esprit en elle-même&rquot;. On retrouve dans ces réflexions un peu de l'influence éclairante de Stephen Jourdain. »